Portraits de femmes : histoires d’amour… et de désamour…

Les 4, 5 et 6 avril 2014 à Bessancourt (Val-d’Oise), le Théâtre des Embruns et le ThéâtrEcole ont présenté leur nouvelle création théâtrale : PORTRAITS DE FEMMES – 1er volet : Amours et désamours (Textes de Jean Renoir, Marc Donskoï, Thomas Bernhard)

PORTRAITS DE FEMMES (1er volet) est composé de l’histoire de 4 personnages, 4 histoires qui s’enchaînent, comme 4 saisons. Les écritures se frottent et se répondent. Ecritures, cinématographique, théâtrale, roma- nesque. Ces quatre histoires n’ont pas de lien entre elles, si ce n’est le thème. Cependant, tout se tient. Il sera donc question d’amour, sous toutes ses formes, ou plutôt de désamour, de la difficulté à aimer. A être ensemble.

Dans la première histoire, Poussia, une jeune Ukrainienne, dans un village d’Ukraine, collabore avec l’ennemi. Elle se vend pour une paire de bas au commandant nazi et s’installe avec lui. Tandis que l’on voit la force et la vitalité d’une communauté paysanne : Olga la résistante, Olena l’institutrice, Fedossia la babouchka… résister à l’occupant allemand. Faut-il subir ou combattre ?
L’histoire suivante s’attache au portrait de Lola, qui rêve d’une vie tranquille avec son amant, qui la met au rendez-vous des trottoirs parisiens. Les différents milieux sociaux qu’elle fréquente sont un marché de dupes permanent. Elle rencontre un bourgeois respectable qui tentera en vain de l’arracher à sa condition. Mais le veut-elle vraiment ? Ici,  les personnages mentent tous les uns aux autres et chacun à soi même.

Dans la troisième, une Mère et sa fille s’apprêtent à partir dans leur résidence familiale à Katwijk, en Hollande, comme chaque année, à la même heure, par le même train. La fille prépare les mêmes bagages, repasse les derniers vêtements, la mère ressasse les mêmes souvenirs. Un jeune écrivain de théâtre doit les rejoindre. La jeune fille restera-t-elle une marionnette ou tentera-t-elle de se révolter enfin ?
Le dernier texte rassemble des monologues écrits pour des femmes. Et leurs histoires d’hommes. Les paroles de ce personnage collectif disent les trahisons, les dominations, les frustrations… et l’amour.
Dans Portraits de Femmes, le temps s’organise scéniquement pour laisser place aux souvenirs, aux images, aux silences, aux non dits, aux peurs, aux désirs et… aux rêves. Il faut recoller le flot des paroles et des images, où les corps se déchirent, s’affrontent, se caressent pour se fuir.
Le jeu des acteurs mêle réalisme et onirisme, violence et amour, pour laisser plus de place à la subjectivité, et accompagner ces petites destinées dans ce champ de bataille qu’est la vie.

Extraits du Livre d’or

– Merci pour cette soirée parfois déroutante.

– Bravo à toute la troupe et tout particulièrement au troisième et dernier tableau pour son originalité.

– Belle prestation très physique, de beaux rôles de femmes… et d’hommes. Merci – Super belle musique (Martin)

– Des portraits couturés, raccommodés sur une vie décousue… mais tellement belle. Comme le théâtre (Michel Lachartre)

– Des textes au couteau. Féroces et subtils. Des tableaux inouïs brossés dans la chair et le sang… Et la troupe quel ensemble !!! Merci. (Kevin Mirren)

– Un très beau moment de théâtre. C’est souvent drôle, grave.
La tragi-comédie de nos vies. (Alain Golomb – Professeur et Ecrivain)

– Belle soirée. Beau spectacle, que de travail pour arriver à ce résultat. (Ilana Sztern)

– Merci pour toutes ces belles questions que soulèvent ce spectacle (Dominique)

– De beaux portraits de femmes et d’hommes – interprétés et incarnés avec talent et générosité. Merci et bon vent.

– Spectacle généreux et inventif. Un vrai voyage haut en couleur et en musique dans les mots d’auteurs profonds (J. M. Bonnello – Peintre)

Photographe : Denis Beirnaert
Création graphique: Stéphane François

 

3 réflexions au sujet de « Portraits de femmes : histoires d’amour… et de désamour… »

  1. Un spectacle où on en a plein la vue, où l’on ne sait pas où donner de la tête (et du cœur) tant ça foisonne. Les femmes y sont belles, torturées et désirables… C’est comme entendre un symphonie où chaque note à sa place liée entre elles par un même thème, en variation…
    Et la bande son! J’ai beaucoup aimé entendre « I’m a good woman » de Barbara Lynn
    C’est ici : http://www.deezer.com/track/11334097

  2. J’ai adore votre spectacle
    Les personnages sont si justes et touchants et m’ont fait reflechir sur les choix de la vie – la vie vaut elle la peine d’etre vecue sans ses valeurs – qu’est ce qui donne a sa vie ses valeurs . quelles sont les miennes
    jai adore cette sensation d’ensemble tres forte sur scene, et cette ecoute intime entre les comediens….la sensation qu’ils servent tous ensemble une meme idee, avec engagement et respect et ecoute l’un de l’autre, sans competitions ou essayer de tirer la couverture a soi.
    De meme la scenographie servait l’idee, un etirement entre le present le passe, au cours des annees l’histoire se reproduit toujours et recommence une nouvelle spirale…..la musique le conteur et la dramaturgie m’ont impressionnee…
    Bravo!!!
    A bientot a votre nouveau spectacle…

  3. Ping : Portraits de femme #2 : Amours et bruits du monde | Théatre des Embruns

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *