Portraits de femme #2 / Amours et bruits du monde : deux nouvelles dates en janvier 2016

PORTRAITS DE FEMMES

3 représentations du second volet de « Portraits de femmes » les vendredi 8 et samedi 9 janvier 2016 à Bessancourt. Réservez dès maintenant !

PORTRAITS DE FEMMES
AMOURS ET BRUITS DU MONDE
L’Affaire Geesche Gottfried, 
d’après Werner Rainer Fassbinder et Jean Signe
Kazimir und Karoline, 
d’après Ödön Von Horváth
Adaptation Denis Meyer

Vendredi 8 janvier à 21h
Samedi 9 janvier à 21h

A BESSANCOURT (SALLE PAUL BONNEVILLE)
► Réservation : 01 30 40 44 95
pole.culture-sport@ville-bessancourt.fr
Tarif : 7€ / 5€

Création Théâtre des Embruns / ThéâtrEcole
Adaptation Denis Meyer

Daniel Amar : Mise en scène
Anne Amar : Assistante à la mise en scène
Benoît Jullien et Hugo Votocek : Régie lumière et son
DJ’ Kem : Recherches musicales
Sandrine Ifrah : Recherches littéraires
Philippe Da Silva: Vidéo (sous réserves)

Avec
Valérie Bonmati, Joëlle Coïc, Philippe Da Silva, Patrick Dupain, Dominique Gosselin, Sylvie Krach, Alain Nicolas, Cécile Pottier, Florence Krieg.


 

(Photos : Denis Beirnaert)

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns

Portraits de Femmes Volet 2 - Création du Théâtre des Embruns


portrait_de_femmes2-01Prendre les femmes au sérieux
« Quand on commence à se confronter concrètement à la société, on tombe nécessairement sur le problème des femmes… Les conflits à l’intérieur de la société sont plus intéressants à observer du côté des femmes. Elles sont opprimées certes. Mais elles provoquent aussi cette oppression du fait de leur situation dans la société, et elles s’en servent à leur tour comme un instrument de terreur. Ce sont les figures les plus passionnantes de la société, les conflits ont le plus d’évidence chez elles. » W. R. Fassbinder. C’est par cette réflexion que nous explorerons cette thématique.

Deux drames populaires avec musique
L’Affaire Geesche Gottfried, d’après le récit de Jean Signe et Werner Rainer Fassbinder, raconte comment Geesche, une jeune femme, essaie d’échapper à la domination masculine, à l’esclavage domestique de ses différents époux, au règne de l’argent absolu, aux valeurs traditionnelles bourgeoises, pour enfin se libérer des emprises de la Sainte Famille.
Kazimir und Karoline d’après Ödön Von Horváth. Casimir est un jeune homme qui vient de découvrir le chômage et dont la vie bascule brutalement en quelques jours. Caroline se dit mélancolique, et cependant elle a de grands rêves. Elle dit : « Tu me répétais sans cesse que je n’étais qu’une employée de bureau, qu’une prolétaire. Eh bien maintenant c’est terminé. Ce que je compte obtenir, grâce à ces grands seigneurs… ces huiles, c’est monter d’un cran dans l’échelle sociale et ainsi de suite… »
Ils dansent, chantent, boivent, pour s’étourdir. La musique bat son plein dans une ambiance de fête permanente : la fête comme l’opium du peuple et en dépit des apparences, les pouvoirs se maintiennent.

Les Femmes : de la mère à la Vierge à Médée
Geesche, Caroline, Louisa, Erna, Maria, Ella, Eva. Autant de portraits de femmes qui aspirent à la liberté totale, sans concession, sans illusions. Autant de visages de la  mère, de la Vierge, de l’ange exterminateur, d’Eve, de Médée…
La société dans laquelle elles vivent est hygiénique, trop polie. Sans doute violente dans le travail, le quotidien, le politique. Mais dans les rapports humains, amoureux, amicaux, conviviaux, c’est le règne de la « politesse ». Ces femmes-là n’en veulent pas !

La Comédie humaine
Ces deux textes permettent un mélange des genres : le réalisme et l’onirisme, le suspense et la farce macabre.
L’enjeu de cette comédie humaine c’est d’éviter la fatalité pour susciter un rire qui questionne !
Quand les hommes entrent en scène, ce sont de véritables boules de billards ballotées sur le grand tapis vert du monde, où s’entrecroisent l’Histoire et les histoires de gens ordinaires.
Drames, vertiges, solitudes, gouffres, ces rires où règne ce qu’on appelle l’amour. Les numéros se succèdent, les hommes et les discours restent identiques.
Ce miroir tendu aux spectateurs, cette mise en abyme de ses propres monstruosités est une invitation à réfléchir sur la fragilité de l’être humain, de son identité et de la place que la société lui impose.

► Voir notre Article : Portraits de femmes (volet 1) : histoires d’amour… et de désamour…

portrait_de_femmes2bis-01

2 réflexions au sujet de « Portraits de femme #2 / Amours et bruits du monde : deux nouvelles dates en janvier 2016 »

  1. C’était formidable!

    Le textes sont crus, il n’y pas de vraie communication entre les individus, la mise en scène était bien réfléchie et les acteurs très bien. Bref, c’est la modernité de Fassbiner qui est encore actuel, que vous avez transmis. J’ai eu une très bonne soirée.

  2. Ping : Portraits de femme #2 / Amours et bruits du monde : «  émotions et réflexions » | Théatre des Embruns

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *