« Auberge Paradisio » : nouvelle création

Auberge Paradisio

Nouvelle création du ThéatrEcole du Théâtre des Embruns : « Auberge Paradisio » les vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017 à 21h et le dimanche 26 novembre à 15h à Bessancourt. Réservez dès maintenant ! (places limitées).

« Auberge Paradisio » est la nouvelle création du ThéâtrEcole du Théâtre des Embruns qui sera jouée les les vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017 à 21h et le dimanche 26 novembre à 15h à Bessancourt (Salle Paul-Bonneville – Place du 30 août)

►Réservez vite vos places :
Tél. / 01 30 40 44 95
pole.culture-sport@ville-bessancourt.fr
Tarifs spectacle : 7 € / 5€ / 1 €
Tarif ThéâtrEcole : 5 € / élèves

« Auberge Paradisio » est un montage à partir des extraits de textes
de G. Bernanos, M. Maeterlinck, A. Tchekhov, W. Mouawad…

Mise en scène : Daniel Amar
Assistante à la mise en scène : Anne Amar
Création lumières : Hugo Votocek
Vidéo : Philippe Da Silva
Création graphique : Stéphane François
Photographe : Denis Beirnaert

Distribution :
Avec Valérie Bonmati, Joëlle Coïc, Elodie Dorien, Sylvie Krach, Cécile Pottier, Florence Krieg, Philippe Da Silva, Patrick Dupain, Dominique Gosselin, Alain Nicolas et Alain Bernier.

Télécharger et diffuser le tract 


Résumé
Tout près de la montagne, la petite communauté de l’Auberge Paradisio vit au rythme des saisons, isolée des bruits du monde et de la fureur des hommes.
Dans la vallée, la tempête de neige fait rage, la télévision déverse des informations de guerre, la rivière inonde les sols, la boue envahit le village de Graders en Walt que ses dirigeants décident de fuir pour se réfugier au Paradisio.
Et les voilà angoissés, velléitaires, obsédés par l’avenir et par le passé.
Au milieu de la tourmente, deux mondes s’affrontent.
L’intrigue policière (On a retrouvé deux corps dans la rivière Niéva : suicide ou crime ?) s’entrecroise avec l’intrigue familiale et l’Histoire. La tragédie, le drame et l’humour aussi.
On nage entre la mémoire et l’oubli, les secrets et les révélations.
Les destins se croisent, les vies se détournent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez saisir le nombre ci-dessous : *